Les impressions urbaines de Raubdruckerin

Posted on juillet 11, 2016

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Qu’ont en commun Berlin, Paris, Lisbonne et Amsterdam ? Outre le fait que ce sont des capitales où affluent des milliers de touristes chaque année, ce sont également des villes qui possèdent des milliers de plaques d’égout dans leurs rues. C’est bien cet aspect qui intéresse les membres du projet Raubdruckerin qui utilisent les grilles, les plaques et les surfaces en béton pour les transformer en tampon.

10417807_334965190032350_2272821585751282086_n Capture d’écran 2016-07-07 à 14.57.27 Capture d’écran 2016-07-07 à 14.57.39 Capture d’écran 2016-07-07 à 14.57.47 Capture d’écran 2016-07-07 à 14.57.59 Capture d’écran 2016-07-07 à 14.58.06 rd_vollgut

Raubdruckerin propose de mettre en valeur ces détails oubliés et ignorés, en imprimant des motifs sur des supports divers : tissus, papier, tote bag, vêtements… Des sessions sont organisées avec les passants pour les initier au principe de l’impression : un simple rouleau encreur et de la peinture ! Le projet a débuté en 2006 dans l’Atelier Von Johannes Kohlrusch et Alentejo. C’est sour le nom d’Estampatampa que les premières impressions ont été faites sur une route de campagne en direction de Lisbonne. En 2007, c’est au festival « Musicas do Mundo » que le collectif a fait ses essais les plus concluants et ont lancé une véritable collection de motifs en impression urbaine.

Site

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest