L’œil de Bruno Mesrine

Posted on juillet 29, 2014

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Bruno Mesrine est un photographe aux multiples facettes qui s’attache à provoquer une prise de conscience au travers de ses clichés audacieux et ludiques. Argentique et light painting sont ici les clés de ses photographies. C’est une véritable reconversion qui s’est opérée dans la carrière de Bruno Mesrine, délaissant les studios de mode pour s’intéresser au monde de la rue, révéler les personnes qui y vivent et qui sont marginalisées.

f9e545ce9e26572dc6569ce2689e71208733cee0 dd2d64e1776f121f233b8ca273406d00ae382905 a7f7a5cf197e20d1344399851da15df2215c833c 9cec1dfd51a381ef08019ce5ebf62502a4aa884a 9f21df56ec308d086a12e8175cf6332c6ef8f486 abb255aebf5bfde839b96d82222b1e57afb37634 6be3324d5a9e9b095717cf0e7f490ccabc3696e4 fac79ec19f1c01d01a2c0dfb95d379090e2026aa

« J’ai commencé à m’intéresser à des situations qui pouvaient m’arriver. Cela vaut aussi pour le handicap ! ». C’est en 1995 en travaillant avec l’agence Adecco qu’il se confronte pour la première fois aux problématiques liées au handicap. Quelques années plus tard il commence une série de photos mandatées par Téléthon avec une approche originale : photographier les fauteuils sans corps, sans visages, afin de faire d’un objet un symbole.  Il explique lui même : « j’ai réalisé cette série en mettant en lumière de façon ludique les difficultés rencontrées par les personnes handicapées lors de leurs déplacements urbains. » C’est le light painting qui illustre son propos créant un contraste onirique avec le décor.

Site

FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest